Le transgénérationnel

Que peut bien vouloir dire ce terme ?

Pour faire simple, je vais essayer de vulgariser avec mes propres mots et réaliser une analyse simplifiée et personnelle de ce qu’est le transgénérationnel.

Tout d’abord le mot appartient au vocabulaire de la psychogénéalogie, qui est une pratique développée par Anne Ancelin Schützenberger dans les années 70. Celle-ci consiste en l’étude des événements, du type traumatisme, secret de famille, conflit, etc … ayant surgi par le passé et vécu par nos ascendants.

Mais alors pourquoi faire une fouille de son passé pour tenter de découvrir ce genre d’événements ?

L’intérêt réside dans le fait que ces incidents peuvent au fur et à mesure des générations s’insinuer et s’inscrire au sein de nos familles. Ils se transmettent de manière latente, d’un individu à un autre, sans que celui-ci ne le sache et ne s’en rendre même compte. Telle une sorte de marqueur invisible que l’on posséderait, même après de nombreuses années.
Cette transmission s’appelle donc une transmission transgénérationnelle.

Comment se marqueur se manifeste-t-il ?

Il n’y a pas de réelles règles préétablies pour ce genre de «symptômes». Ce legs se fait de manière totalement inconscient, involontaire et aléatoire.
N’avez-vous jamais eu un sentiment de malaise dans certaines circonstances ? N’avez-vous jamais eu un sentiment de peur ou de crainte sans raison apparente ? Ou bien vous êtes vous déjà senti limité dans l’accomplissement de soi ou d’une tâche ? Ceci peut-être le signe de choses ne vous appartenant pas et vous ayant été légués.

C’est à partir de ce moment là, que la psychogénéalogie peut nous venir en aide. Son but est d’explorer, d’identifier, d’analyser et d’intégrer ces événements pour mieux les modifier. Au-delà du simple fait de pouvoir les comprendre, c’est avant tout pour délaisser nos habitudes, nos comportements, nos croyances et rompre ce cercle invertueux qui nous freine dans notre propre épanouissement.

Ce contenu est protégé !